Nos projets en cours de réalisation au Congo !
R.D. Congo
Première aide d’urgence pour la remise en fonction du centre médical Moyi mwa Ntongo à Kinshasa en RDC après l’effondrement d’un silo d’une usine avoisinante (2018-2020)
Projet

Localisation

Le centre médical Moyi mwa Ntongo se situe à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo, dans la commune de Limete.

L'hôpital Moyi mwa Ntongo

En 2006, le centre médical Moyi mwa Ntongo a été mis en place pour résoudre les difficultés dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH/SIDA et les personnes malvoyantes. Au fil du temps, d’autres activités médicales préventives, curatives et même promotionnelles ont été ouvertes. L’hôpital prend en charge tous les malades qui viennent au centre et propose des consultations spécialisées en médecine générale, ophtalmologie, chirurgie, pédiatrie, stomatologie, orl, gynécologie, ainsi que toutes formes de maladies infectieuses.

Description succincte de la situation humanitaire

Lors d’une visite de projet (27.08.2018-07.09.2018) d’une délégation de l’AMU, un silo à grains d’une usine voisine du centre médical Moyi mwa Ntongo s’est effondré, mardi le 28 août 2018 vers 9h25. Etant juste sortie de l’auberge qui se situait tout près du centre de santé, la délégation de l’AMU a témoigné l’écrasement du silo. Une partie du silo, ainsi que des tonnes de grains de blé, sont tombés sur une partie de l’hôpital. La situation était très précaire et chaotique lors des premiers jours. Les deux silos jumelés avaient une hauteur approximative de 40 m et n’avaient été inaugurés qu’en mars 2018. Cet accident a causé de grands dégâts et a coûté la vie à de nombreuses personnes. A la fin de notre séjour en RDC, 2 morts ont été confirmés du côté de l’hôpital alors qu’une autre usine avoisinante a connu 21 victimes.

Tandis que le nouveau bâtiment de la maternité et pédiatrie, inauguré en 2016, n’a pas été endommagé, un autre bâtiment de l’hôpital a été gravement endommagé par la catastrophe. Les fondations ont notamment été affaissées, les poutres et linteaux sont cassés sur l’un des côtés et il y a des fissurations énormes des murs. Le bâtiment endommagé a été construit en 2007 par AMU. Dans ce bâtiment se trouvaient la buanderie, le bureau de maintenance, l’incinérateur, les vestiaires, la salle d’hospitalisation, la stérilisation, les toilettes et la dentisterie. Une réparation du bâtiment ne permettra pas de garantir une sécurité pour les patients et le personnel selon un ingénieur italien qui a visité les lieux 4 jours après la catastrophe. Il s’avère donc nécessaire de reconstruire ce bâtiment lors d’un projet ultérieur. Pour la remise en fonction de la maternité et de la pédiatrie, l’installation d’une nouvelle fosse septique ainsi que d’un incinérateur et d’un stérilisateur sont nécessaires.

Le présent projet permettra la remise en fonction des parties non-endommagés de l’hôpital, notamment la maternité et pédiatrie. Ces parties non-endommagées ont été rouvertes pour les patients par contre les services offerts sont encore limités et d’une qualité inférieure comme beaucoup d’équipements et de matériels ont été détruits par la catastrophe. Chaque jour, l’hôpital doit refuser plus de 100 patients !

Comme la partie endommagée arbitrait plusieurs services, la perte en matériel est très importante. Les matériels suivants sont disparus (la liste n’est pas exhaustive) :
Tous les archives des dix dernières années 2006-2016 (dossiers des malades, pièces comptables…), plus de deux tonnes de tenues des médecins, infirmiers, laborantins, les draps de lit, champs opératoires et autres masques sont disparus dans les décombres. Un appareil de radiographie standard, un appareil de mammographie, deux appareils d’échographie doppler portables, deux autoclaves de 300 litres, trois machines à laver de 25 kilogrammes chacune, 5 fers à repasser, 4 armoires en bois, 2 étagères en bois, 20 bidons de 25 litres de bractéole, 10 bidons de 25 litres de javel, 2 fauteuils dentaires endommagés, 21 lits de malades plus matelas, 21 tables de chevet, 21 potences, 100 moustiquaires, un appareil d’anesthésie…

Évaluation des besoins

Actuellement, le centre médical Moyi mwa Ntongo continue à fournir des services de santé. Les services sont par contre limités et d’une qualité inférieure comme beaucoup de matériels et des appareils médicaux ont été détruits lors de la catastrophe. Notamment la destruction du stérilisateur et de l’incinérateur rend la réalisation de services de chirurgie impossible. D’ailleurs beaucoup de salles d’hospitalisation sont détruites ou gravement endommagés.

La reconstruction du bâtiment endommagé nécessite plus de moyens financiers et de temps et devra se réaliser lors d’un projet ultérieur. Par contre, pour une bonne remise en fonction des parties non-endommagées de l’hôpital, notre partenaire local nous a présenté le présent projet. Il s’agit du matériel indispensable afin de garantir une bonne prise en charge des patients.

Les différentes activités à mener, selon l’ordre chronologique, pour permettre de reprendre une prise en charge de qualité des patients sont les suivantes :
1. Travaux d’assainissement, désinfestation, démolition, vidange, évacuation des déchets.
2. Travaux de construction des voies d’évacuation des eaux usées et des toilettes.
3. Travaux de construction de l’incinérateur.
4. Achat des matériels et autres consommables de base.

Bénéficiaires

Les bénéficiaires directs de ce projet sont les 200 patients que l’hôpital accueille par jour ainsi que le personnel de l’hôpital. Le centre engage actuellement 35 personnes.

Financement

111'600.00 EUR : Budget alloué au projet
100'000.00 EUR : Contribution du Gouvernement luxembourgeois
11'600.00 EUR : Contribution de l’Action pour un Monde Uni asbl

Partenaire local en RDC : AECOM.

Rapports de visite
Développement du village de Kikoti en R.D.Congo par l'amélioration de l'école et la production agricole (2016-2019)
Projet

Localisation

Le projet se réalise en République Démocratique du Congo, dans la Province du Kwilu, territoire de Bulungu au village Kikoti, situé à environ 500 km à l’Est de Kinshasa. Les habitants du village de Kikoti vivent principalement d’une agriculture primitive et simple.

Situation actuelle

La vie au village de Kikoti n’est pas facile: Les gens n’ont pas d’accès à l’eau potable, ni au réseau publique d’ électricité. Il y a peu de commerces, peu d’ infrastructures publiques et de moyens de transport disponibles. Les techniques agricoles ainsi que les techniques de séchage du manioc ne sont pas appropriées. Les distances à parcourir jusqu’ au prochain moulin à manioc et au maïs sont énormes.

Quelques informations

Le village de Kikoti s’étend sur une superficie de 25 km2 avec une population d’environ 42.000 habitants. De nombreuses personnes, n’ayant pas trouvé d’emploi dans la région, se sont installées dans cette périphérie. Les quelques écoles existantes du village sont souvent non accessibles pour les enfants les plus démunis. Les salles de classe se trouvent souvent dans des bâtiments rudimentaires sans l’infrastructure indispensable tels que des pupitres et chaises.

Description du projet (download FLYER)

- Construction et équipement de 6 salles de classe avec les installations sanitaires adéquates.
- Formation aux nouvelles techniques agricoles de 250 villageois.
- Cours en agriculture pour 450 élèves.
- Installation d’un séchoir pour le manioc et d’un moulin à manioc et au maïs.

Bénéficiaires

450 élèves profiteront des salles de classe et des installations sanitaires.
250 agriculteurs apprendront les nouvelles techniques de culture et de séchage.
5.250 villageois peuvent faire sécher les cossettes de manioc au séchoir.
5.250 villageois utiliseront le moulin pour moudre le manioc et le maïs.

Financement

309'630.35 EUR : Budget alloué au projet
206'420.23 EUR : Contribution du Gouvernement luxembourgeois
103'210.12 EUR : Contribution de l’Action pour un Monde Uni asbl

Partenaire local en RDC : AECOM.

Cofinancement du Ministère de la Coopération luxembourgeoise selon Accord Cadre de Coopération signé entre le Ministère de la Coopération luxembourgeoise et l’ONG Action pour un Monde Uni en date du 11.01.2018

Rapports de visite
Renforcement de la population marginalisée en R.D.Congo (2018-2021)
Projet

Localisation

Le projet est réalisé dans trois villes différentes en République Démocratique du Congo (RDC), à Kinshasa, à Kikwit et à Lubumbashi. Kinshasa est la capitale vibrante de la RDC avec plus de 17 millions d’habitants. Kikwit est la ville principale de la province du Kwilu, située à l’Est de Kinshasa. La capitale de la province du Haut Katanga, Lubumbahsi, est située tout au sud du pays, près de la frontière avec la Zambie.

Situation actuelle

La RDC compte près de 77 millions d’habitants et de grands besoins sont constatés dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’infrastructure et de l’énergie. La vie dans les trois villes n’est pas facile, beaucoup de gens n’ont pas accès à des formations professionnelles et par conséquent ils ont des difficultés pour trouver un emploi. Le manque d’éducation mène à des taux de chômage particulièrement élevés (plus de 46% en 2018).

Quelques chiffres sur le Congo

Malgré l’énorme richesse de la RDC en matières premières (coltan, diamants, cuivre, etc.) et malgré une baisse du taux de pauvreté de 71% à 64% entre 2005 et 2012, le pays n’est classé que 176e sur 188 dans l’indice de développement humain (PNUD, 2016). C’est un pays particulièrement vulnérable qui est en manque de capacités d’adaptation. L’espérance de vie à la naissance est de 59 ans et les années moyennes de scolarité sont de 6 ans (PNUD, 2016).

Description du projet (download FLYER)

Le projet vise à renforcer les capacités de la population locale par des formations professionnelles dans 7 domaines différents : la santé, l’économie solidaire et sociale, l’informatique, la couture, la coiffure, l’agriculture et les énergies renouvelables. Le projet offre aussi des formations à des formateurs qui par la suite vont donner des cours à des jeunes apprenants et entrepreneurs dans ces différents domaines. Les formations se feront à Kinshasa, à Kikwit et à Lubumbashi. L’objectif de ces activités de formation est de rendre la population capable de commencer des activités génératrices de revenus.

Bénéficiaires

A travers les trois villes, un total de 1.482 personnes vont bénéficier de ce projet, dont des jeunes filles et garçons, des jeunes entrepreneurs, du personnel médical, des enseignants et des formateurs. Le nombre de bénéficiaires par domaine d’intervention est : santé (126), économie solidaire et sociale (66), informatique (606), couture (156), coiffure (156), agriculture (306), énergies renouvelables (66).

Financement

375.527,68 EUR : Budget alloué au projet
277.890,48 EUR : Contribution du Gouvernement luxembourgeois
97.637,20 EUR : Contribution de l’Action pour un Monde Uni asbl

Partenaire local en RDC : AECOM.

Cofinancement du Ministère de la Coopération luxembourgeoise selon Accord Cadre de Coopération signé entre le Ministère de la Coopération luxembourgeoise et l’ONG Action pour un Monde Uni en date du 11.01.2018

Rapports de visite

prochaine visite prévue pour août-septembre 2018

Action pour un Monde Uni asbl - ONG agréée par le Ministère de la Coopération du Grand-Duché de Luxembourg