Volontariat au Paraguay: Anne Weiler

La majorité des gens qui aujourd’hui vivent à « San Miguel », une banlieue d’Asunción (Paraguay) sont des paysans qui ont quitté ou qui ont été chassés de leurs terres, et se sont d’abord installés au quartier « Republicano » de la ville d’Asunción. Il y a une douzaine d’année, l’association sans but lucratif UNIPAR est venue en aide aux gens qui vivaient dans ce quartier inondable et sale, et les a aidés à s’installer à « San Miguel », un quartier sain et fertile. Avec l’aide de différentes ONGs du nord, une école, une bibliothèque et un centre médical très fréquentés ont vu le jour.

Les élèves de notre école vivent parfois dans des conditions très précaires, ils n’ont qu’une maison en carton et plastique et n’ont pas de quoi manger. Souvent, ils ne viennent pas à l’école car ils doivent travailler pour leurs parents ou leurs grands-parents. Beaucoup de parents quittent leurs enfants pour aller travailler ou chercher un avenir meilleur ailleurs, notamment en Argentine ou même en Espagne.

Ensemble avec les professeurs, les élèves commencent leurs journées par une prière et le petit-déjeuner. L’enseignement est très différent de chez nous, d’une part parce qu’il n’y a pas beaucoup de matériels didactiques et d’autre part parce que les enfants vivent dans des conditions très difficiles et ont du mal à se concentrer. Parfois, la discipline laisse à désirer par- ce que beaucoup d’entre eux ne sont pas habitués à respecter des règles et n’ont personne qui s’occupe d’eux en dehors de l’école. La plupart des élèves et des professeurs doit marcher plusieurs kilomètres tous les jours pour venir à l’école. Apprendre à lire et à écrire l’espagnol n’est pas toujours évident puisque la majorité parle le guarani à la maison. L’après-midi, les enfants viennent aux cours d’appui ou pour travailler à la bibliothèque. Quand les jeunes du quartier ont appris que je parlais l’anglais, ils sont venus me voir pour demander d’offrir des cours de langue. Ensemble avec les jeunes du quartier, on est en train de faire des activités pour rassembler de l’argent a n de faire une excursion de n d’année. Ce qu’on essaye de faire avec l’ONG est de travailler avec toute la communauté du quartier a n d’améliorer peu à peu leurs conditions de vie. Au centre médical, un pédiatre et un dentiste offrent leurs services et les gens ont la possibilité de se faire soigner gratuitement.

Il y a tant de choses à dire sur cette expérience que je suis en train de faire, mais ce qui me marque le plus c’est que tous les gens que j’ai rencontrés ici sont très accueillants, ouverts et heureux. Le fait de partager leur quotidien, de connaître chaque jour un peu plus ce que signifie vivre au jour le jour m’apprend beaucoup de choses. S’il y a nécessité de quoi que ce soit, les gens se mettent ensemble pour trouver une solution, ce n’est pas : chacun pour soi mais ensemble on est plus fort. J’espère que ma présence et mon engagement vont laisser une petite trace ici, en tout cas je sais que je vais emmener beaucoup d’expériences et de souvenirs qui me marquent pour toujours, et j’espère que je vais savoir comment partager ces moments forts avec vous tous à mon retour.

Anne Weiler
2010


Action pour un Monde Uni asbl - ONG agréée par le Ministère de la Coopération du Grand-Duché de Luxembourg