Tim Van Wambeke

TIM VAN WAMBEKE ,

un jeune volontaire vient de rentrer de Lima, où il a donné un coup de main dans le projet de l’Instituto Mundo Libre de novembre 2013 à septembre 2014. Il nous raconte ici son aventure:

La vie en communauté à Mundo Libre n’est pas évidente pour «los niños» parce qu’ils sont habitués à la vie dans la rue. Le programme auquel les enfants participent dans ce centre les aide pour se comporter d’une manière «sociale» avec les autres jeunes et avec l’environnement dans lequel ils se trouvent. Chaque enfant fait ses propres pas et pour certains il s’agit d’un processus très lent, mais avec de beaux résultats.

Le football constitue un aspect culturel fondamental en Amérique Latine. Dès leur plus jeune âge, «los niños» jouent au foot. Même dans le projet, on organise quotidiennement de petites «coppas mundiales». C’est impressionnant de voir que la passion du jeu les porte loin. Ils ont un esprit de compétition, mais parfois les enfants ne connaissent pas du tout leurs limites. La relaxation est un élément très important de la thérapie. Pour les enfants qui viennent d’arriver à Mundo Libre, cette thérapie est étrange. Petit à petit, les enfants apprennent à transformer le stress qu’ils portent en eux.

Ces enfants sont très émotionnels. Il s’agit là d’effets secondaires dus à la consommation de drogues. Ils ont besoin de calme et de repos pour apprendre à bien se comporter avec les autres et avec eux-mêmes. «Los niños» vont aussi à l’école, soit au centre, soit à l’extérieur. À côté de cela ils participent aussi à différents ateliers tels que la céramique, l’atelier de bois, la coûture, la danse, … Parfois ce sont les volontaires qui prennent eux-mêmes l’initiative d’un nouvel atelier. L’atelier de musique était ma contribution. Pendant une session de deux heures, j’enseignais aux enfants la base du rythme à l’aide de différents instruments. Le «cajón» (instrument de percussion d’Amérique Latine) était le plus populaire chez les enfants. Quelques «niños» et «ninas» ont ainsi appris d’accompagner le chant de l’hymne de l’Instituto Mundo Libre (IML). Le 28 août, c’est la fête nationale péruvienne.

Ce qui m’a impressionné, c’est que cette fête se célèbre partout: Pratiquement toutes les écoles des villages font des défilés dans les rues; dans la capitale Lima, c’est le grand défilé de l’armée. Les personnes montrent ainsi leur amour pour la patrie. Les enfants et les adultes marchent sur l’air de l’hymne national; c’est un honneur et un privilège pour eux d’y participer. Les volontaires des deux maisons «niños et ninas», forment une très bonne équipe et ils sont très motivés pour s’engager pour les enfants. La plupart des volontaires restent environ trois mois dans le projet. Les volontaires proviennent de différents pays et ce n’est pas rare qu’ils vivent un petit choc culturel, car tout est nouveau et différent. Pendant mon séjour à l’IML, j’ai toujours eu l’occasion de travailler avec des jeunes très agréables. On apprend tellement les uns des autres! On y trouve souvent des «âmes sœurs» à qui on peut se fier. On se soutient toujours et sans limites. Ces amitiés me semblent des liens pour la vie!

 

Last modified on Saturday, 21 November 2015 17:32